Blettes crémeuses, libanisantes

IMGP0885

J’adore les blettes… je les adore car elles sont souvent boudées et j’aime l’idée de les cuisiner différemment. Cette recette est fraîche et péchue!

L’idée d’associer les saveurs de cette crème de blettes m’est de toute évidence venue de mes affinités avec la cuisine libanaise. Ce plat se prêtre à de multiples situations: Petite soupe chaude ou froide, à tartiner, en accompagnement. Bref, la bonne trouvaille, ou comment s’éloigner le plus possible des versions classiques de recettes de blettes.

Pour 4 blettes (de 1 à 4 personnes selon l’usage) appréciez les précisions!

1- Cuire à la vapeur les blettes coupées (cotes et feuilles hachées grossièrement → juste quelques minutes pour le vert)

2- Laisser refroidir ou pas, ajouter une bonne cuillère à soupe de tahin (purée de sésame), un peu d’huile d’olive, 1/2 ou 1 jus de citron → selon ce que votre citron veut bien vous donner et selon vos gôuts, une gousse d’ail hachée et blanchie vite fait (lui passer de l’eau bouillante à travers une passoire, cela évite la puissance de l’ail) j’ai lui cela dans le traité de miamologie de Stephane Lagorce www.180c.fr/miamologie/ et du sel.

3- Mixer le tout. (Pour ceux qui ont un termomix, la texture peut être intéressante) Ajouter de la coriandre hachée.

A associer avec du poulet ou du poisson blanc… Ou tel quel!

Du vert, du vert … et ce n’est pas fini, la prochaine recette sera verte!

La fin des haricots et l’arrivée des noix

Pas de photo car déjà englouti!

Samedi, j’ai fait le plein de haricots au marché. Beurre (les jaunes pâles), verts mais pas violets car ceux-là sont un peu arrogants. Vous avez sans doute remarqué qu’ils nous narguent avec leur couleur d’un violet foncé magnifique et qu’à la moindre cuisson ils passent au vert! Et d’un vert tout à fait banal…. Après avoir affiché ma frustration des haricots violets, nous voilà de retour du marché. Peu importe la couleur, je cherchais une manière différente de les associer. J’ai lu quelque part huile de noix. La mienne étant périmée j’ai finalement laissé tomber.

Ce soir, la porte d’entrée à peine passée, je me précipite dans mon frigo (jusque là tout est normal), j’en sors un reste de ces fameux haricots cuits à la vapeur et hop le casse noix, un peu d’huile d’olive et de soyu. Cà croque et le mélange est super harmonieux.

• Cuire les haricots à la vapeur (ou à l’eau selon vos habitudes) surtout pas ramollos !

• Les laisser tiédir ou refroidir

• Casser des noix en morceaux (quantité selon votre envie de noix)

• Ajouter de l’huile d’olive et du soyu (tamari, sauce soya) et mélanger.

Au passage sans vouloir faire un cours de cuisine saine… il me semble que c’est nutritivement parfait.

A vos haricots!

Velouté Courgettes Verveine

IMGP0698

Dans mon mini potager la verveine pousse à profusion, alors j’ai décidé de lui trouver une autre vocation que la fameuse tisane (très bonne malgré tout, surtout fraîche).

Fin août, les courgettes abondent dans les jardins et au marché. Et puis il y a l’immanquable énorme courgette oubliée dont on ne sait que faire… Certains en ont même peut être marre d’en manger ayant épuisé les variations autour de la courgette. Mais non, mais non! Encore une idée délicate et parfumée.

Ce velouté très doux et léger sera parfait pour toutes vos courgettes et convives, d’ailleurs demandez leur de deviner ce parfum, pas si évident.

Pour 4 personnes:  

• 600 g de courgette(s) environ (épluchée si c’est vraiment la grosse courgette qui a une peau trop tannée par le soleil)

• 20 cl ou une brique de crème d’amande (pour ceux qui n’ont pas suivi l’histoire, c’est donc de la crème appelée « amande cuisine » qui se trouve dans les magasins bio au rayon très végétalien). Prenez bien celle qui est non sucrée.

• Zestes d’1 citron

• 1 ou 2 branches de verveine selon la taille

 

→ Dans une casserole, faire suer les courgettes coupées (comme vous voulez) dans 3 c à s d’huile d’olive avec un peu de sel. Ceci pendant 5 min.
→ Ajouter un bon fond d’eau, les zestes du citron, laisser cuire.
→ 10-15 minutes plus tard, ajouter la crème d’amande et les branches de verveine. Puis éteindre le feux, couvrir. Retirer la verveine après 4-5 min lorsqu’elle est infusée.
→ Bien mixer pour l’effet très velouté et servir chaud, tiède ou froid!

Si vous n’avez pas de verveine fraîche à disposition, essayez d’en trouver car vous pouvez la faire sécher et l’utiliser pour refaire cette recette ou des tisanes. Ou alors acheter la sèche, en feuilles entières.

Excellent en entrée, on peut la préparer à l’avance, la veille, et c’est aussi idéal pour les fans de verrines.

Bonne dégustation! Moi je vais me cueillir de la verveine pour me faire une tisane 😉

Gâteau à la texture parfaite

IMGP0665Amandes – Miel – Fève Tonka… Mûres

Il y a parfois des tests qui réussissent et je m’en réjouis particulièrement, d’où ce titre carrément prétentieux 😉

L’époque des mûres commence, on en a encore pour 2 mois. Ceci dit, j’imagine bien d’autres fruits dans ce gâteau léger, moelleux, parfaitement humide et malgré tout aéré. Avec ou sans fève Tonka, cette saveur chaleureuse et unique qui se marierait à merveille avec la poire… bientôt.  Je prévois déjà des variantes et même sans fruit tout simplement!

C’est parti pour la recette, pour 4-6 personnes selon les appétits.

• 100 g de farine

• 50 g de poudre d’amande

• 1 bonne c à c de bicarbonate de soude (ou de la poudre à lever)

• 1/3 de fève Tonka rapée (sur une rape a noix de muscade) – si vous n’avez pas de fève Tonka, essayez d’en trouver sinon n’attendez pas, ce sera bien sans aussi.

• 2 oeufs

• 100 g de miel (d’un gout peu fort) – il s’agit donc d’un gâteau sans sucre.

• 70 g de beurre (pour ma part 1/2 sel)

• 20 cl de crème d’amande (ce n’est pas de la purée d’amande ni du lait d’amande, il s’agit d’une crème genre crème fraiche liquide en brique sauf que c’est à base d’amandes → dans les magasins bio, très digeste, parfait aussi dans les soupes et purées)

• 200 g de mûres.

 

→ Faire chauffer le four à 180°C
→ Mélanger dans un saladier: farine, poudre d’amande, bicarbonate et fève Tonka rapée.
→ Faire fondre le miel et le beurre ensemble dans une casserole, à feu doux.
→ Ajouter les oeufs à la farine puis miel-beurre, bien mélanger avec un fouet. Terminer par  la crème d’amande.
→ Enfin ajouter les fruits dans cette pâte fluide, assez liquide.
→ Verser le tout dans un plat de 20-25 cm beurré ou avec du papier sulfurisé.
→ Et hop dans le four chaud pour 35-40 minutes.

Ca gonfle un peu, on admire, on laisse refroidir et c’est bon!

 

Blettes – idées et 2 recettes !

Regardez ces blettes vigoureuses, feuilles d’un vert profond et éclatant!

IMGP0058IMGP0061

J’ai commencé à détourner les recettes de blettes lorsque j’habitais en Australie car les Aussies cuisinaient seulement les feuilles et jettaient les côtes alors que nous faisions l’inverse. J’en parle au passé car cela fait plus de 15 ans et depuis tout le monde mange côtes et feuilles.

Les blettes ou bettes font partie des légumes qui prennent régulièrement de la place dans mon frigo, je les achète au marché super fraîches chez Monsieur Lavorel. A partir de fin juin il a même une autre variété qu’il nomme « blettes à tondre ».  Celles-ci n’ont pas de côte, on peut donc les utiliser comme des épinards: lavées (pas d’épluchage), hachées grossièrement et hop à la poêle avec de l’huile d’olive et de l’ail, un peu de sel…. on peut s’arrêter là où ajouter un ou tous les ingrédients suivants: tomates séchées, piment d’espelette, chorizo, comté ou parmesan, et des bons oeufs de ferme cassés dessus (les oeufs de chez Mr Lavorel sont au top!), je m’arrête là car certains ne me trouveront plus crédibles… quoique toujours prêts à tester mes expériences. Une pointe de sucre enlève éventuellement le côté terreux. J’adore faire manger des blettes à mes amis car certains sont rétissants et finalement ils sont surpris et aiment. Voilà des idées pour manger du vert!

Les 2 recettes : l’une crue et verte l’autre cuite et blanche, si vous voulez faire un repas de blettes c’est l’occasion!

Unknown-11- Vert de blettes cru façon Jean-Mi (from Aux Crieurs de Vin qui m’a fait part de cette belle association d’une simplicité telle que l’on en mangerait dès que l’on a des blettes sous la main).

– Découper les feuilles de blette de leur côte centrale, laver, essorer.
– Plier / chiffoner vaguement les feuilles de manière à les hacher finement avec un couteau.
– Les mettre dans un joli plat / saladier avec de l’huile d’olive, du thym, du romarin haché fin et des copeaux de parmesan et c’est fait!
→ environ 1 ou 2 feuilles de blette par personne selon votre aptitude lapinovore.
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
2- Côtes de blettes, mozzarella, zestes d’orange et menthe

Ces associations se sont faites en plusieurs étapes, suite à un dîner chez une amie qui avait préparer des côtes de blettes à la vapeur, j’avoue avoir été peu alléchée à cette annonce malgré le plaisir de partager ce repas 😉 puis cette même amie avait fait de la poudre d’écorces d’oranges (bien partique d’ailleurs à défaut de zestes). Alors nous avons accompagné ces blettes de cette poudre avec une sauce vinaigre balsamique blanc et huile d’olive. C’était délicieux.

Cette année j’ai ajouté le reste et c’est surprenant car tous ces goûts pourtant prononcés se marient parfaitement.

Pour 4 personnes:
– 8 belles côtes de blettes (lavées et coupées en tronçons de 1 cm environ)
→ les cuire à la vapeur ou à l’eau 10-15 minutes (encore un peu ferme c’est bien) – laisser tiedir ou refroidir (elle peuvent se cuire la veille).
– 2 ou 3 boules de mozza selon leurs tailles et les apétits
→ les déchirer en morceaux
Sauce : huile d’olive, vinaigre balsamique blanc (plus sucré, il adoucit le coté terreux et astringent de la blette)
– Les zestes d’une orange
– 10/15 feuilles de menthe douce / marocaine (pas poivrée) ciselée au dernier moment. On peut mettre quelques feuilles dessus pour la déco.
Fleur de sel…
→ Mélanger la sauce aux blettes, puis disposer les autres ingrédients dessus. Servir dans un grand plat ou individuellement.

Unknown-2

 

Champignons de Paris, Céleri, Pain poêlé à l’huile d’olive, Ail des ours


IMGP0604

Un élan vers les champignons de Paris: étrangement, car j’en achète rarement. La motivation d’une balade d’automne pour les trouver sauvages est sans doute plus grande que de consommer des champignons de Paris, pourtant disponibles facilement, mignons, ronds…  En cette saison, les ressources d’hiver des producteurs haute-savoyards  s’amenuisent et les nouveaux végétaux sortent à peine, c’est le moment parfait pour consommer ces beaux champignons sortis tout droit d’une champignonnière.

Parfait à l’apéritif, pour accompagner une salade ou en mode grignotage tapas… Lire la suite

Bananes Coco

 

IMGP0547

Allez une mini recette quasiment en direct, après cuisson et dégustation immédiate. L’histoire est simple et la recette aussi. Peu de quoi satisfaire mes papilles à disposition, une envie de douceur et 3 bananes oubliées sérieusement mures!

Et hop un peu d’huile de coco dans une poêle, on ajoute les dites bananes à la peau noire charbon (oh! belle surprise en enlevant la peau elles sont toujours mangeables) coupées en petits morceaux, on saupoudre généreusement de noix de coco râpée, un peu de sucre « fleur de coco« …. çà cuit, les ingrédients s’enlacent et le tour est joué on peut se régaler.

Si vous n’avez pas de sucre « fleur de coco », du Rapadura sera parfait, ou au pire du sucre de canne. Franchement pour ceux qui ne connaissent pas le Rapadura çà vaut la peine d’aller faire un tour dans un magasin bio, c’est addictif dans les yaourts notamment. 

Options à peine plus sophistiquées… une petite (ou grande) lampée de rhum se plairait bien avec ses amies bananes et noix de coco, ou encore un peu de cardamome, faites vos essais!

Crème chocolat, poires et kasha

IMGP0519

Very very light, totally vegan dirait-on aux US. J’y part justement et pendant ma connexion à Paris, je partage ce dessert très simple, que j’ai refait récemment.  Peu d’ingrédients, une texture extrêmement douce et légère pour cette crème au chocolat élaborrée à partir de tofu soyeux. Non! je ne suis pas fan de tofu et de soja!! Le mot soyeux est important, vous le trouverez en magasin bio, c’est en général en barquette. Je me suis inspirée d’une recette sur le blog de Cléa.

La crème au chocolat est délicieuse en elle-même dans la mesure où l’on prend un bon chocolat puisqu’il n’y a que çà en 2ème et unique ingrédient. Il faut 5 min de préparation, on peut le réaliser la veille, ou au moins quelques heures avant. J’y ai associé des poires pour plus de gourmandise, l’association poire chocolat fonctionne toujours bien et du kasha pour pour le croquant et faire parler…!

Pour 3-4 personnes

• 120 g de tofu soyeux

• 60 g d’un bon chocolat noir

• Un peu de lait de soja pour faire fondre le chocolat (un autre lait végétal – amande doit bien marcher ou de l’eau à défaut)

• 3 ou 4 poires selon la grosseur

• 3 c à c de kasha (sarrasin grillé)

• Pour poêler les poires 1 ou 2 c à c de sucre de canne et un peu de beurre

→ Faire fondre le chocolat dans un casserole avec le lait de soja

→ Eteindre le feu, ajouter le tofu soyeux, mélanger grossièrement et mixer au mixeur

→ Voilà c’est fait : mettre cette crème dans des coupelles ou autre jolie vaisselle individuelle et mettre au frigo 3 heures ou plus.

→ Eplucher les poires et les couper en tout petit cubes

→ Les passer 10 min à la poêle avec un peu de beurre et de sucre, laisser refroidir et répartir sur les crèmes avant de servir.

→ Parsemer quelques graines de kasha

Pâtes aux fanes grillées

IMGP0504

Ces belles fanes de radis qui picotent! Mais si c’est très bon! Voici un plat rapide, histoire de manger du vert, avec un peu d’amertume. C’est tonique, et à priori tout ce qui est amer est bon pour le foie… au passage. Si on épluche rapidement les radis après les avoir acheté, on lave les fanes comme de la salade ou des épinards et on peut les conserver quelques jours.

Il s’agit simplement de hacher grossièrement les fanes avec un couteau. On met chauffer de l’huile d’olive, puis on ajoute les fanes avec un peu d’ail coupée finement. Au bout de 5 minute il n’y a presque plus rien… çà réduit énormément, on ajoute les pâtes (déjà cuites). A nouveau 5 minutes en remuant, les pâtes s’imprègnent des goûts puis on sert avec du parmesan râpé.

→ Ces fanes cuites seraient aussi très bonnes avec des oeufs cassés dessus, éventuellement du lard grillé! hummm

→ Plus simplement à ajouter dans une soupe… pour plus de vert. 

→ Pas d’inquiétude, le côté « piquant » de la feuille disparait à la cuisson.

Avocat-Mangue verte-Coco

mangue

Un peu d’exotisme en plein hiver! Pour une entrée, un apéritif ou pourquoi pas pour accompagner un poisson grillé, en papillote ou même pour égayer des (bons) blancs de poulet… à essayer. Si aucun de ces ingrédients n’est local (sauf la coriandre ouf!),  ils sont en revanche de saison dans leur pays. Les avocats et mangues sont délicieux en ce moment.

L’idée est d’utiliser la mangue verte, ou encore bien ferme, afin d’ajouter du croquant et du peps à l’avocat. Si la mangue est mûre, c’est bon aussi, mais on obtient des saveurs plus douces et sucrées, et le tout est un peu « mou ». La belle surprise est que même verte la mangue a bien le goût de mangue.

• 1 avocat

• 1/2 mangue

• 1 c à soupe de noix de coco râpée

• Jus de citron ou citron vert (mieux)

• Un peu de piment

• Quelques brins de coriandre

→ Couper la mangue en tout petits cubes, l’avocat en petits cubes

→ Ajouter le reste des ingrédients, selon les goûts de chacun (coriandre, piment…)

→ Mélanger délicatement et mettre au frais

photo