Champignons, Oseille, Chèvre

IMG_6941

Je continue avec le champignon de Paris, toujours pour un grignotage ou apéro, cette fois en version toute crue. Je l’ai tout simplement associé à du chèvre très frais et à de l’oseille crue hachée finement. L’acidulé de l’oseille donne du peps à ce mélange à tartiner!

→ Ecraser du chèvre frais avec de l’huile d’olive et un peu de fleur de sel, y ajouter des champignon de Paris coupé en minuscule (brunoise) et des feuilles d’oseille hachées : 3-4 feuilles pour 50 g de chèvre…

Pourquoi pas farcir les champignons de ce mélange…

IMGP0617

En attendant les tomates… 😉

IMGP0624_2

Champignons de Paris, Céleri, Pain poêlé à l’huile d’olive, Ail des ours


IMGP0604

Un élan vers les champignons de Paris: étrangement, car j’en achète rarement. La motivation d’une balade d’automne pour les trouver sauvages est sans doute plus grande que de consommer des champignons de Paris, pourtant disponibles facilement, mignons, ronds…  En cette saison, les ressources d’hiver des producteurs haute-savoyards  s’amenuisent et les nouveaux végétaux sortent à peine, c’est le moment parfait pour consommer ces beaux champignons sortis tout droit d’une champignonnière.

Parfait à l’apéritif, pour accompagner une salade ou en mode grignotage tapas… Lire la suite

Sérac, zestes d’orange, crumble chocolat

IMGP0593

Un peu de revendication, nous sommes début avril, NON ce n’est pas la saison des fraises malgré les étalages qui les exhibent fièrement. Chaque année elles débarquent de plus en plus tôt. Patience et profitons encore d’autres saveurs.

Le sérac, rustique et simple cache de belles surprises et deviendrait même subtil. Neutre, il s’assaisonne facilement, en version salée ou sucrée, sa texture est fort intéressante.Je risque de multiplier les recettes et variations, alors trouvez-vous un producteur ou ravitailleur qui le vend très frais! Pour les annéciens, au marché du samedi matin il est excellent chez Stéphane – le bio chèvre (à côté du Pain Tartine, excellent aussi). C’est du sérac de chèvre. Fabriqué à base de petit lait donc très maigre (pour une fois que l’on peut s’en réjouir!),  il porte le nom de sérac dans les Alpes, c’est l’équivalent de la brousse, de la ricotta et encore d’autres noms où il y a des élevages, selon les élevages. Il y en a de chèvre, brebis ou vache.

Pour 4 personnes :

La crème onctueuse

– 400 g de sérac très frais (après quelques jours il ne peut plus s’utiliser en version sucré, vérifiez au nez, c’est le mieux)

– 2 cuillères à soupe rases de sucre

– Les zestes de 2 oranges – bio bien sûr (laisser en un peu sur l’orange, à utiliser au moment de servir)

→ Fouettez le sérac avec le sucre, au batteur pour encore plus d’onctuosité. La texture devient incroyablement douce et lisse)

→ Ajouter les zestes d’orange et mettre au frais. 

Le crumble croustillant → peut se faire la veille

– 100 g de farine (dont 30 g optionnel de farine de châtaigne – ce n’était pas intentionnel :  hasard de rupture de stock qui s’est avéré de bonne augure et donne un goût rustique)

– 70 g de chocolat noir rapé, mouliné : faites comme vous voulez selon vos ustensiles, et si c’est irrégulier c’est pas plus mal.

– 30 g de sucre 

– 65-70 g de beurre demi-sel ou ajouter une pincée de sel 

→ Chauffer le four à 180°C

→ Mélanger dans un saladier les ingrédients secs, puis le beurre sorti tout droit du frigo, coupé en petits morceaux. Malaxer, encore, et quand on obtient la texture parfaite: qui se compacte et se brise facilement. Stop c’est fini!

→ Répartir les « miettes » dans un plat, et mettre au four 25 min. A mi-chemin retourner vaguement ce crumble avec une spatule pour optimiser le croquant. 

→ Laisser refroidir

Au moment de servir (très frais), répartir la crème de sérac dans des coupelles, pots ou verres, et parsemer le crumble croustillant au chocolat dessus (il en restera…) enfin quelques zestes d’orange s’il en reste. Dernière option: quelques cristaux de fleur de sel.

Dégustez: c’est frais, gourmand, surprenant et délicieux!

 IMGP0580

Vive le printemps !